Marie-Christiane Mathieu, Murmures, 1999.

Avec cette œuvre, Marie-Christiane Mathieu puise aux ressources de l’holographie pour réaliser une œuvreintégrée à l’architecture. À l’époque, l’artiste innove en cette matière, notamment avec l’holo-sculpture La Stravinsky intégrée au Casino de Montréal en 1993, retirée rapidement pour accueillir six machines à sous. (Français)

Murmures, 1999, hologramme et relief intégré à l’École secondaire Arthur-Buies, Commission scolaire de Laval, Laval (Qc)

Pour cette œuvre réalisée dans le hall d’entrée principal et les corridors d’une école secondaire de Laval, Marie-Christiane Mathieu s’est inspirée d’un texte du XVIIe siècle, La cité du soleil de Thomas Campanella, décrivant une ville imaginaire où les murs sont recouverts d’œuvres illustrant différents aspects de la connaissance.

Le mur comme surface d’inscription devient ainsi un support sensible sur lequel le texte et l’image viennent simultanément se déposer. Cette situation poreuse, alors tangentielle en art dont les pratiques et le discours sont alors toujours marqués par les notions de spécificités, s’impose aujourd’hui comme une norme de « vi-lisibilité » numérique. S’appuyant sur cette convergence du visible et du lisible, Marie-Christiane Mathieu met ici en avant la Déclaration universelle des droits de la personne. Sur quatre pans de mur, des articles de la Charte forment des silhouettes ou des parties du corps humain : une oreille, une tête, une main, un œil. Les lettres en relief sont peintes en blanc sur blanc. Ailleurs, une silhouette humaine aux dimensions réelles apparaît sur la surface changeante d’un hologramme. Des mots, en l’occurrence trois textes tirés de la Charte, esquissent la forme. Trois silhouettes de couleurs distinctes apparaissent ainsi selon notre point de vue devant l’hologramme. La proximité de l’œuvre et son caractère interactif établissent ainsi un rapport quotidien entre l’élève et un texte fondamental de l’histoire du monde contemporain.

D’après un texte publié dans Intégration des arts à l’architecture et à l’environnement. Bilan 1998-1999 portant sur une œuvre où j’ai agi à titre de chargée de projet. Pascale Beaudet, Laurence Breton, Andrée Côté et Lisanne Nadeau ont collaboré à la rédaction de cet ouvrage, publié par le ministère de la Culture et des Communications du gouvernement du Québec en 1999.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s